le_rugby_de_1250x420

Le rugby de … Patrice Collazo

Nouvelle rubrique que vous retrouverez chaque mardi sur rctoulon.com : « Le Rugby de … »

Un membre du staff ou un joueur nous livreront leurs souvenirs et les événements qui les ont marqués dans leur passé rugbystique.

Pour démarrer cette rubrique, c’est le Manager Rouge & Noir Patrice Collazo qui présente son rugby…

Toutes générations confondues, quel joueur vous a le plus marqué ?

P.C : Marc De Rougemont ! J’ai eu la chance de jouer avec lui… A l ‘époque, il avait tous les critères d’un talonneur moderne : joueur rapide, puissant, et surtout très agressif.

L’équipe avec laquelle vous avez pris le plus de plaisir en tant que joueur ?

P.C : Incontestablement le Stade Toulousain entre 2002 et 2005. Une équipe formidable mêlant des joueurs expérimentés et des jeunes en pleine progression. Parmi eux, je peux citer Yannick Bru, Christian Labit, Emile Ntamack , Yannick Jauzion, Yann Delaigue pour les plus anciens et Fred Michalak ou Clément Poitrenaud pour les plus jeunes. Nous avons disputé avec ces mecs quatre finales en trois ans et remporté deux titres de champion d’Europe… 

Et en tant qu’entraineur ?

P.C : Mes débuts avec les espoirs du Racing 92. A l’issue de ma carrière au Racing, on m’a proposé de prendre en charge l’équipe Espoirs avec Florent Bonnefoy. Une aventure formidable qui nous a conduit jusqu’au titre. Nous avions dans notre effectif quelques joueurs qui devraient vous parler désormais comme Virimi Vakatawa, Eddy Ben Arous, Bernard Leroux, Fabrice Metz ou encore Henry Chavancy pour ne citer qu’eux.

Si vous deviez ne retenir qu’un match ?

P.C : La demi-finale face au RCT au stade Vélodrome en 2017. Nous avions réalisé cette année-là, une saison extraordinaire. On termine 1er de la phase régulière avec sept points d’avance sur le second. On tombe sur un Toulon très pragmatique. Malgré un carton rouge, nous menions jusqu’à la fin, et sur un contest toulonnais, ils récupèrent une pénalité a la 80ième et la suite….un match intense, violent, avec une fin terrible ou incroyable, ça dépend pour qui…

Et si vous deviez mettre en exergue une équipe nationale ?

P.C : Les All Blacks et leur capacité à produire des joueurs complets techniquement.

Hormis Mayol, quel est votre stade préféré ?

P.C : Marcel Deflandre. il existe une passion à La Rochelle pour le rugby et son équipe qui est semblable à celle qui existe ici.

Vous avez joué pilier gauche. Mais si vous aviez pu endosser un autre rôle, lequel auriez-vous choisi ?

P.C : Numéro 10 ! J’aurais aimé avoir cette responsabilité sur le jeu d’attaque, de prendre des décisions et de faire jouer mes coéquipiers. Mais surtout, j’aurais adoré buter ! (rires…) 

L’entraineur ou l’éducateur qui vous a le plus marqué ?

P.C : Guy Novès. un meneur d’hommes exceptionnel. Un palmarès incroyable.

Le meilleur souvenir de votre carrière ?

P.C : C’est en tant qu’entraineur et c’est encore contre Toulon (rires). C’est une victoire acquise à Marcel Deflandre qui permet au Stade Rochelais de se maintenir en TOP 14, en avril 2015 (victoire 32-29). On est menés une grande partie du match et on finit le match en boulet de canon. On joue la 81ème minute du match, Hingano ramasse le ballon au bord d’un ruck et rebondit sur trois défenseurs avant d’aller marquer. Une délivrance pour le club et tout un peuple.

Votre ambition la plus folle ?

P.C : Être champion de France avec le RCT voire même, réaliser le doublé TOP 14/Coupe d’Europe.

Vous avez inauguré cette rubrique… De qui souhaitez-vous connaitre « son rugby » la semaine prochaine ?

P.C : Eric Dasalmartini.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone